|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

« Gestes, paroles & conceptualisation »

 
Séminaire d’automne international coorganisé par
le laboratoire LiDiLEM U. Grenoble-Alpes - France
Et les facultés d’Histoire et de Philosophie
et de Psychologie et des Sciences de l’Éducation Université Babes-Bolyai – Cluj – Roumanie
Mercredi 10 au vendredi 12 octobre 2018


mis à jour le 7/9/18

Porteurs du projet

  • Jean-Pascal Simon (Mcf en Sciences du langage) & Anda Fournel (Docteure en Sciences du langage), Lab. LiDiLEM, Université Grenoble Alpes - France
  • Ion Copoeru, (PU, Dept. de Philosophie) Universitatea Babeş-Bolyai Cluj-Napoca - Roumanie.
  • Thea Ionescu, (Mcf, Dept. de Psychologie), Universitatea Babeş-Bolyai Cluj-Napoca - Roumanie.

Contexte

Ce projet fait suite à une première rencontre en 2016, lors d’un séjour de Jean-Pascal Simon & Anda Fournel à Cluj. Le département de philosophie les avait alors invités à venir présenter leur problématique de recherche ainsi que la démarche de communauté de recherche philosophique (désormais CRP) instaurée par M. Lipman. Depuis lors, des échanges informels se sont poursuivis et ont mis au jour une convergence des objets de recherche ce qui conduit à envisager un séminaire d’automne sur la thématique du lien entre langage, gestualité et conceptualisation en croisant les regards de linguistes, philosophes, psychologues, chercheurs en sciences de l’éducation ...


Objectif

Il s’agit de confronter, théories, approches et outils d’analyse de corpus du type de ceux recueillis à Grenoble dans le cadre du projet « Philéduc » (LiDiLEM – axe 2) qui posent la question de l’articulation entre action, pensée et langage. Les analyses conduites dans le cadre du LiDiLEM partent d’un point de vue linguistique d’analyse multimodale, sémantique et pragmatique alors que les travaux conduits par les enseignants-chercheurs de l’université Université Babeş-Bolyai de Cluj permettent d’enrichir notre approche avec le point de vue de philosophes, psychologues et chercheurs en sciences de l’éducation.
Cette rencontre s’inscrit dans la continuité des précédents séminaires organisés dans le cadre du projet « Philéduc » (2013, 2015 & 2017) qui avaient en commun cette approche pluridisciplinaire.


Problématique

Problématique On sait que (...)

Problématique

On sait que si la cognition passe par le langage et que celui-ci est un outil de pensée, de représentation, de réflexivité, les gestes ont un rôle important dans la formation et le développement des concepts chez les enfants. C’est là une des problématiques qui est explorée par le projet Philéduc (LiDiLEM – axe 2) intitulé « manifestations de la pensée réflexive dans les Communautés de Recherche Philosophique1 ». Un corpus de CRP a été recueilli en contexte scolaire (primaire et collège) et analysé ; une thèse sur l’émergence et la construction du questionnement a été soutenue, une autre thèse sur la métaphore verbale et gestuelle est en cours, et plusieurs articles et contributions à des colloques ont porté sur la co-construction du sens dans l’interaction, les glissements sémantiques, le lien entre actes de langage et habiletés mentales. L’équipe grenobloise qui participera à ces journées est constituée de Jean-Marc Colletta (PU en sciences du langage), Sandra Lagrange-Lanaspre (doctorante en ScL), Anda Fournel (docteure en ScL) et Jean-Pascal Simon (Mcf en ScL).
Du côté de l’Université Babeş-Bolyai, l’équipe est constituée de plusieurs collègues, tout d’abord Ion Copoeru, et Thea Ionescu coorganisateurs des journées. Le premier poursuit des recherches en phénoménologie et plus précisément sur le rôle de la motricité dans la conceptualisation intersubjective incarnée. T. Ionescu conduit des recherches sur le développement de la flexibilité et de la catégorisation, et les implications de la cognition située dans le développement du sujet et en éducation. Se joignent à eux Stefan Maftei, chargé de cours en philosophie, il travaille sur la problématique de l’esthétique incarnée et la philosophie du langage. Oana Benga, professeur de psychologie travaille sur l’autorégulation cognitive et émotionnelle chez les jeunes enfants. Mihaela Frunză, maitre de conférences en philosophie, a pour champ de recherche la philosophie pour enfants d’un point de vue théorique et pratique.


Démarche

Démarche Chaque intervenant

Démarche

Chaque intervenant proposera à tous un ou deux articles représentatifs de son domaine de recherche ainsi que quelques références bibliographiques. Les articles et références sont à envoyer aux organisateurs pour le 30 juin qui les mettront en ligne sur les pages internet consacrées à ce Workshop.
Nous avons prévu peu de communications (une dizaine pour les deux journées) afin de favoriser les échanges.
Une journée, le mercredi 10 octobre, est consacrée à une approche plus didactique de la pratique de philosophie avec les enfants, elle permettra d’associer à notre réflexion des enseignants engagés dans ce type de dispositifs pour venir présenter et soumettre leurs pratiques au regard des chercheurs, assister à la conférence introductive des journées, participer à un atelier expérimental d’une CRP d’une CRP interculturelle et interlangue qui sera filmée afin de pouvoir devenir un objet d’analyse pour les chercheurs.


Programme

Mercredi 10 octobre « Faire de la philosophie avec les enfants »

Communications (par ordre alphabétique) :

  • Marin Balan, (UB Bucuresti), Deux façons de philosopher avec les enfants : en classe et en-dehors de la classe
  • Florin Lobont, (UVT Timisoara), The social brain of children. Enhancing non-cognitive skills through P4C. A case study

Présentation de pratiques de philosophie avec les enfants conduites dans des classes roumaines, par des enseignants de Timisoara, Bucarest, Cluj …

  • Mihaela Frunza, Le club de philosophie pour enfants dans une bibliothèque locale : expériences et défis / Clubul de filosofie cu copiii de la Biblioteca Județeană : experiențe și provocări

Expérimentation d’une CRP inter-langue et interculturelle roumain / français suivi d’une analyse et retour réflexif.

Jeudi 11 et vendredi 12 octobre, workshop « Gestes, paroles & conceptualisation »

Lieu : salle Roi Ferdinand 1er, 1er étage, rue Napoca, Nr° 11
PLAN

Jeudi 11 octobre

9h00-12h30 modérateur : Attila Szigeti

  • Varga Somogy (Professeur associé, University of Memphis, USA), Embodiment : Recherches actuelles en philosophie et psychologie cognitive

Résumé  : The talk will motivate and defend the Actively Scaffolded Cognition (ASC) framework, which restructures and integrates a number of approaches from the Embodied Cognition literature. It will offer a taxonomy of ways in which cognition can be scaffolded onto the body, and it will demonstrate that ASC can offer useful resources for comprehending prominent features of mental disorders.
Academia homepage

  • Copoeru Ion (PU philosophie, Université Babeş-Bolyai- Roumanie), Multimodality, temporality, and playfulness : Interdisciplinary aspects in interactive communities

Résumé  : Drawing from the contributions of linguistic interactionism and interactive psychology, this paper aims at bringing forward concepts susceptible to address some limitations of the phenomenological theory of intersubjectivity and to describe more adequately the integral interactive (intersubjective) situation. For that, I’ll discuss the concepts of turn-taking, multimodality, and temporality, as they have been developed in the work of Ch. Goodwin. I’ll add to them the concept of playfulness as it appears in the work of B. Kotchubey.
As regards the interdisciplinary aspects, I suggest that many of the disciplines in social and human sciences can be integrated using an interactive methodology that also entails human-environment relations. I shall emphasize the necessity of a meta-discussion that should lead to a closer cooperation of social and human sciences with those philosophical investigations that take into account the 4E approach.
Intersubjectivity : Between Doxa and Praxis

  • Colletta Jean-Marc (PU en Sciences du langage, Université Grenoble Alpes – France), Analyser la gestualité co-verbale

Résumé  : à venir

  • Ionescu Thea (Mcf en Psychologie, Université Babeş-Bolyai - Roumanie), Gestures and the embodiment of cognition

Résumé  : In this talk I will present a review of some data from Developmental Psychology that speak for the inextricable link between gestures - as motor acts - and cognition - as represented knowledge and understanding : Gestures contain knowledge that aid understanding. In this sense, I will detail the speech-gesture mismatch (Goldin-Meadow) that appears when children are ready to learn new concepts. Furthermore, I will present data on language learning that show that when children enact the meaning of new words they learn them more efficiently. In the end, implications for how we define cognition will be discussed.
Dermina VASC, Thea IONESCU. (2013) EMBODYING COGNITION : GESTURES AND THEIR ROLE IN THE DEVELOPMENT OF THINKIN. Cognition, Brain, Behavior. An Interdisciplinary Journal Volume XVII, Nr 2

14.00-17.30 modérateur : Ionescu Thea

  • Simon Jean-Pascal (Mcf en Sciences du langage, Université Grenoble Alpes – France), Annotation des corpus multimodaux avec ELAN®

Résumé  : Il s’agira de présenter un outil d’annotation de corpus multimodaux. Nous commencerons par une présentation des fonctionnalités de base de l’outil : comment construire une grille d’analyse, cr"er un nouveau document. Dans un second temps exposerons quelques usages que nous avons fait de cet outil dans quelques projets conduits dans le cadre de projets de recherche du lab. LiDiLEM.
pages consacrées au logiciel ELAN sur le Site du Max Planck Institute for Psycholinguistics

  • Lagrange-Lanaspre Sandra (doctorante en Sciences du langage , Université Grenoble Alpes – France), Métaphore verbale et gestuelle dans les CRP

Résumé  : à venir

  • Fournel Anda (Docteure en Sciences du langage, Université Grenoble Alpes – France ), Concepts et questions en CRP, ou de l’apprentissage des "cris philosophiques"

Résumé  : Dans cette étude, nous nous proposons d’explorer l’activité de pensée chez des enfants qui pratiquent les communautés de recherche philosophique. Ces pratiquent discursives et réflexives s’inscrivent dans le programme de philosophie pour enfants initié par M. Lipman dans les années 70, aux Etats Unis, avec pour objectif de permettre aux enfants de penser par eux-mêmes. Le philosophe pragmatiste de l’éducation défend un principe de raisonnabilité : apprendre à penser ne peut pas suivre exclusivement un modèle de rationalité. En prenant comme point de départ la distinction proposée par Deleuze (1984) entre « cri de raison » et « cri de déraison », nous nous intéressons à deux prototypes de « cris » : le concept et la question, en tant que formes vivantes d’interpellation dans une pensée philosophique. Notre investigation sillonne les plis de la pensée des enfants, à travers des analyses qualitatives des enregistrements réalisées en classe auprès d’élèves de primaire et de collège, afin d’observer si les enfants sont capables ou non de crier philosophiquement. Si oui, qu’est-ce qu’ils ont à crier et comment le font-ils ?
Fournel A. & Simon, J. - P. (2018). "Actes de parole, actes mentaux et habiletés de pensée au sein des discussions philosophiques avec des enfants", dans STUDIA UBB PHILOLOGIA, LXIII, 2, 2018, p. 185 – 200 DOI:10.24193/subbphilo.2018.2.12 Lien vers l’article

  • Curea Anamaria (Mcf en Sciences du Langage, Université Babeş-Bolyai - Roumanie), Comment concevoir l’affectif en linguistique : points de vue de l’école de linguistique générale de Genève

Résumé  : Dans notre intervention, nous nous proposons d’analyser les modes de représentation du rapport entre la pensée et le langage dans les linguistiques de l’expression développées par les linguistes genevois Charles Bally et Albert Sechehaye. À travers leurs manières d’envisager, d’un côté, l’articulation entre l’affectif et l’intellectuel, et de l’autre, le statut de l’intentionnalité, se construisent des représentations du sujet parlant qui invitent dans la linguistique des conceptualités susceptibles d’être associées à une psychologie, ainsi qu’à une sociologie qui sont immanentes à l’étude du langage. Il s’agit donc d’une conceptualisation de la langue, du langage et de la linguistique qui intègre la parole, le geste, l’action langagière et l’altérité dans l’objet linguistique lui-même.
Anamaria Curea (2015), « La problématique linguistique de l’expression à Genève entre 1900 et 1940 : Charles Bally, Albert Sechehaye et Henri Frei », Histoire Épistémologie Langage 37/2, p. 71–91.

Intervention du grand témoin des journées : BULEA-BRONCKART Ecaterina, professeur Sciences de l’éducation Faculté de Psychologie et Sciences de l’Education – Genève (Suisse).

vendredi 12 octobre

9h00-12h30 modérateur : Jean-Marc Colletta

  • Maftei Stefan (chargé de cours, docteur en philosophie, Université Babeş-Bolyai- Roumanie), Embodied Metaphors : An Avant-Garde Theory and Its Theoretical Challenges

Résumé  : à venir

  • Iovan Drehe (postdoc, Univ. de Bucharest), Dispositions normatives internalisés dans l’argumentation et les théories de l’embodiment »

Résumé  : à venir

  • Simionescu-Panait Andrei (postdoc, Univ. de Bucharest), Du geste au nombre (Edmund Husserl et Maxine Sheets-Johnston)

Résumé  : à venir

  • Glava Adina-Elena (Mcf en sciences de l’éducation, Université Babeş-Bolyai - Roumanie), Supporting deep learning - specific cognitive instruments

Résumé  : Supporting students’ deeper learning represents both an educational challenge in the effort of fully involving students into their own development and a solution for a functional organization of knowledge base and for helping effective conceptualization. Certain mental habits associated with in depth learning will be discussed and a set of genuine cognitive instruments that support deep information processing will be detailed.
Thea Ionescu, Adina Glava (2015) Embodied Learning : Connecting Psychology, Education, and the World in Studia Universitatis Babeș-Bolyai, Psychologia – Paedagogia, LX 2, 2015, 5-17
http://studia.ubbcluj.ro/arhiva/abstract.php?editie=PSYCHOLOGIA-PAEDAGOGIA&nr=2&an=2015&id_art=13765

14.00-18.00 modérateur : Ion Coperu

  • Frunză Mihaela (Mcf en Philosophie, Université Babeş-Bolyai - Roumanie), Mouvement du corps, mouvement de la pensée

Résumé  : à venir

  • Apostol Patricia (chercheur, CEREFREA - Univ. de Bucharest), La main entre anesthésie et hyperesthésie et sa manœuvre figurale

Résumé  : à venir

  • Cristi Bodea (chercheur, Center for Applied Philosophy - CAPh), A Presence without Present. Making Sense with the Other

Résumé  : Marc Richir’s phenomenological work proposes a new type of phenomenology, a non-standard one. For him, a non-standard phenomenology is, first of all, a phenomenology that is “crossing the barrier of intentionality”. In this context, perception has a special status. Firstly, it involves phantasia, and not the imaginary. Secondly, it is a perception of non-intentional objects. Because of these two reasons, the other becomes the Other, namely a non-intentional object that cannot be pinpointed in a definite time / space frame.
In this paper, I will try to demonstrate that, starting from this lack of conceptualisation which the Other represents, a sense is constructed. It is a sense in the making (sense se faisant), as Richir puts it, whose never-ending development gives meaning to someone’s life. In order for such a thing to take place, the effective presence of the Other is crucial. Otherwise, sense stands still and meaning is aborted.

  • Popa Délia (Villanova University, USA), Rythmes, temps, corps : la question de la répétition

Intervention du grand témoin des journées : BULEA-BRONCKART Ecaterina, professeur Sciences de l’éducation Faculté de Psychologie et Sciences de l’Education – Genève (Suisse).

Workshop soutenu par


Institut Carnot de l’Education